Signaler un contenu inapproprié

Les meilleurs vins de Bordeaux

{
}

Vin BordeauxLes meilleurs vins de Bordeaux ... Impossible de n’en choisir qu’un, non? Et pourtant, les guides de vins et les plus grandes classifications sont originaires de cette région historique, depuis de très très nombreuses années…

Ce qui est clair est que la méthode américaine de classifier les vins selon les cépages n’est pas coutume chez nous. En effet, la plupart des caves élabore des vins issus de cépages différents. Du côté espagnol, ils fonctionnent par classifications régional, ce qui peut paraitre peu précis pour nous étant donné qu’il y a en France 20 régions vinicoles, dénominations génériques, d’origines ou régionales et même des dénominations propres à seulement une cave. Juste à Bordeaux, on compte 57 AOC, autant que toutes les dénominations en Espagne !

Cela ne date pas d’aujourd’hui : la France est le premier pays producteur de vin depuis quasiment que les registres et contrôles existent. Au Moyen Age, alors que les guerres et les invasions barbares rendaient l’agriculture risquée (obligation de rester au même endroit jusqu’à la récolte suivante malgré le danger), la culture du raisin était confié aux monastères, puisque ces derniers étaient censés être neutres dans les conflits. C'est en France que les ordres religieux étaient les plus enracinés, comme l’ordre Cistercien qui fournissait du vin aux paroisses de toute l’Europe occidentale ainsi qu’aux hauts mandataires de l’époque.

Bordeaux commence sa tradition exportatrice en devenant le premier fournisseur de vins de l'Angleterre, dont la ville a fait partie jusqu'à la guerre de 100 ans. Elle devance ainsi la France en terme d’exportation de vins vers l’Angleterre, d’une part car elle faisait partie du pays et d’autre part car elle avait le contrôle sur l'embouchure de la Garonne, par laquelle passaient les vins du Languedoc et d'autres zones concurrentes.

En contrôlant le fleuve, et en appliquant des lois comme celle de la Police des vins, Bordeaux empêchait les autres zones vinicoles de lui faire de la concurrence dans des conditions d'égalité, puisque cette loi leur empêchait de vendre leurs vins à Bordeaux, et en Angleterre, jusqu'au premier Décembre, lorsque les vins de Bordeaux s’étaient déjà accaparé le marché.

La suprématie de Bordeaux est telle (plus de 3000 appellations et caves) qu'en 1855 à l’occasion de l'Exposition Universelle de Paris, Napoléon III décide de promouvoir la classification des vins de Bordeaux, pour que n'importe qui puisse savoir quels vins étaient les meilleurs et les moins bons en fonction du prestige et de l'histoire de son Châteaux ou de sa cave.

L’objectif était de gagner la confiance des acheteurs, pour qu'ils sachent que le prix de la bouteille correspondait bien à la qualité du produit acheté. Tous les Bordeaux ne sont pas bons, c’est pourquoi tous les Bordeaux ne pouvaient pas se vendre au même prix. Les meilleurs caves seraient les Premier Crus, puis, par ordre décroissant : les Deuxième, Troisième, Quatrième et Cinquièmes Crus. Ainsi, un vin élaboré par un Château Premier Cru était certainement meilleur (et plus cher) qu’un de Deuxième Cru.

Cette classification a du sens et d’autant plus qu’elle est appliquée de manière stricte. Ainsi, seulement 4 Châteaux ont eu le privilège de recevoir l’Appellation Premier Cru : Château Lafite RothschildChâteau LatourChâteau Margaux et Château Haut-BrionEn 1973 Château Mouton Rothschild a été ajouté. La confiance du consommateur pouvait ainsi se consolider sur des Châteaux qui étaient censés produire des vins exceptionnels.

C’est à partir de là qu’est apparue l’idée, qui perdure encore aujourd’hui, de classer les vins en fonction de la marque ou du Châteaux. Mais quels étaient les inconvénients de cette méthode ? En 1855, il n’était inimaginable pour un acheteur de vins, d’avoir accès aux guides et aux notes attribuées chaque année, d’où la tendance à se laisser guider par la tradition et par l’histoire d’une cave. Cependant, cela pénalisait fortement les plus petits qui, malgré, l’amélioration de leurs vins, ne montaient pas dans la classification. La classification de 1855 n'a jamais été révisée ou à peine, en partie par peur de la controverse, qui aurait pu créer une limite entre le succès et l’échec d’une cave.

La liste finale inclue en plus les vins du Haut Médoc et les Sauternes à l’exception du Haut-Brion de Graves, ce qui a encore plus accentué la différence entre Bordeaux et le reste. Un Premier Cru de Bordeaux n'est pas un Premier Cru de n’importe quelle région en France mais il paraissait l’être donc il était vendu plus cher. Très vite, d’autres zones limitèrent la classification, selon plusieurs critères, mais la renommée de des caves bordelaises avaient déjà pris énormément d’avance par rapport aux autres.

Même si les années ont passé, les caves ont changé de mains, d’emplacement ou en qualité, la puissance des noms continue d'être impressionnante. Cette suprématie pourrait seulement être limitée en révisant les classifications, ce que personne ne veut se risquer à entreprendre apparemment.

{
}

Laissez votre commentaire Les meilleurs vins de Bordeaux

Log in to Obolog, or create your free blog if you are not registered yet.

User avatar Your name