Signaler un contenu inapproprié

Robert Parker prépare-t-il sa retraite ?

{
}

 TAGS:Robert Parker a annoncé qu'il cessera de faire des critiques de vins de Californie à partir du premier février, et qu'il va déléguer cette tâche à son collaborateur Antonio Galloni. 

Parker a peu à peu cédé sa place à ses collaborateurs, se réservant uniquement à ses zones favorites. Ainsi son entreprise peut s'étendre sur plus de zones et déguster plus de vins, même si certains pays n'auront pas le plaisir d'avoir l'opinion directe du dégustateur historique, et devront plutôt se contenter des impressions du « délégué » correspondant, Jay Miller dans le cas de l'Espagne.

Depuis le début, ce mouvement à vouloir déléguer sans perdre une miette d'influence, se présente comme une façon d'étendre la capacité de l'équipe de Parker afin d'atteindre plus de zones. Ici, en revanche, il s'agit d'une attribution pour enlever du travail au chef, anticipant une possible retraite.

Les doutes surviennent alors aux élaborateurs. Cela vaut-il la peine de faire du vin au goût de Parker si ce n'est pas lui qui le déguster ? Si jusque là les élaborateurs avaient une idée plus ou moins bonne sur les goûts de Parker, et surtout de comment faire un vin susceptible d'avoir une meilleure note, désormais ils se demandent si ces nouveaux responsables vont garder les critères d'évaluation de Parker, ou bien si ils suivront leur propres critères et dans ce cas il faudra reprendre à 0 la conquête des goûts de ses successeurs, par exemple de Antonio Galloni.

Galloni n'est pas tellement attiré par les vins avec un palet mûre et concentré, mais plutôt par la particularité du vin, ce qui provoque donc une importante différence avec le grand gourou. Parker raconte qu'il va suivre de prés les vins californiens et même qu'il va participer aux dégustations verticales ou de grands vins, cependant les dégustations « routinières » pour les guides seront pour Galloni.

Avec ce changement, la liste de collaborateurs de Parker et ses aires d'attachement seront :

  • Robert Parker : Bordeaux, Vallée du Rhône, Vieilles années de Bordeaux et certains vins de Californie
  • Antonio Galloni : Italie, Champagne, Chablis, Côte d'Or, Californie
  • David Schildknecht : Allemagne, Loire, Beaujolais et Mâconnais, Côte Est des États-Unis, Autriche, Europe de l'Est, Languedoc-Roussillon et Jura
  • Jay Miller : Oregon, Washington, Amérique du Sud et Espagne
  • Lisa Perrotta : Australie et Nouvelle Zélande
  • Neal Martin : Afrique du Sud
  • Mark Squires : Israël, Portugal et Grèce

Un 95 de Parker sera-t-il le même que celui de Perrota ? Cela voudrait dire que Parker serait devenu une marque. Est-ce juste ? N'y aurait-il pas d'opinions, dans le monde du vin, aussi valides que celles de ces « assistants » ? Ou doit-on cherche un nouveau grand gourou ?

{
}

Laissez votre commentaire Robert Parker prépare-t-il sa retraite ?

Log in to Obolog, or create your free blog if you are not registered yet.

User avatar Your name