Signaler un contenu inapproprié

Une étude essaie de découvrir quel goût aura le vin dans quelques décennies

{
}

 TAGS:undefined

L'augmentation au niveau mondial des températures fait que les raisins mûrissent plus rapidement. Quelques viticulteurs pensent que celui-ci pourrait être l'un des effects bénéfiques du changement climatique, mais il est probable qu'ils aient tort. Alors, cela fait un an qu'un groupe de chercheurs allemands étudie comment le CO2 affecte les vignes.

L'Université de Geisenheim, est une référence en Allemagne comme centre de recherche viticole, et il s'est donné comme but d'analyser les conséquences de l'augmentation de dioxyde de carbone. Pour cela, ils exposent artificiellement les vignes à une plus grande concentration de gaz, qui se répartit dans la plantation de façon équitable au moyen de ventilateurs. Ce qu'ils recherchent c'est de simuler les conditions auxquelles les vignes seront exposées dans le futur. "Nous voulons savoir quel goût aura le vin dans 35 ans", explique Claudia Kammann, coordinatrice du projet.  

Selon les experts, les gaz à l'origine de l'effet de serre (CO2, méthane et protoxyde d'azote, entre autres), sont également responsables de l'augmentation globale des températures. Et cela fait que la croissance, la floraison et la récolte des vignes prend plus d'avance. De sorte que le poids du moût du raisin (un indicateur de sa maturité) a également augmenté considérablement. Cela permet que les vignobles allemands puissent avoir des cépages comme le Cabernet Sauvignon ou le Merlot, qui sont originaires des pays méditerranéens. 

Cependant, l'influence directe du CO2 sur les vignes n'a pas été étudiée à fond. Le projet FACE2FACE (Free Air Carbon Dioxide Enrichment) prétend arriver à savoir si l'augmentation de la proportion de CO2 dans l'air affecte la croissance, la récolte et la qualité du raisin ou si elle fait que les vignes soient plus vulnérables aux épidémies.  

L'hypothèse avancée indique que bien que le CO2 supplémentaire peut favoriser la croissance des vignes, il peut aussi changer la concentration de nutriments dans les raisins. "Fréquemment, cela diminue le contenu d'azote", signale Kammann. 

Parallèllement, on fait de recherches pour savoir comment les raisins réagissent à des épidémies comme la mite de la vigne. Et pour cela, chaque plante est marquée, partout il y des senseurs qui mesurent de façon continuelle l'humidité du sol et les ceps. La plantation est distribuée en 6 anneaux, parmi lesquels 3 sont soumis à une portion supplémentaire de CO2. Les cépages plantés sont, dans tous les cas le Riesling et le Cabernet Sauvignon, desquels on obtient 12 crus différents, environ 20 litres par anneau. 

Les températures élevées des derniers mois ont provoqué que la récolte de Riesling débute à la mi-septembre. Mais bien que quelques viticulteurs considèrent que l'augmentation du poids du moût et la changement climatique pourrait se révéler bénéfique, les étés seront de plus en plus secs.  

Cela provoquerait des pertes tant au niveau quantitatif qu'au niveau qualitatif: si l'eau et les nuits fraîches se font rares, le cépage Riesling perdra son acidité caractéristique et son niveau de fruité. Quelque chose qui pourrait se produire dans la récolte de cette année, comme cela est arrivé en 2003.  

La maturation rapide du cépage Riesling, un cépage blanc de la région du Rhin, la plus propice à avoir des champignons en cas d'humidité, et par peur de la Botrytis cinerea, les viticulteurs se voient obligés d'accélérer leurs récoltes, d'après l'association des viticulteurs du Rhin. 

"Nous ne connaissons pas encore toutes les conséquences du changement climatique sur la vigne", a indiqué la chercheuse Kammann. Mais il est clair que cette série de facteurs affectera le goût du vin.  

 

 TAGS:Domaine Ostertag Muenchberg Riesling Alsace Grand Cru 2013Domaine Ostertag Muenchberg Riesling Alsace Grand Cru 2013

Domaine Ostertag Muenchberg Riesling Alsace Grand Cru 2013:  un vin blanc de l'AOC Alsace produit avec des riesling du millésime 2013. 

 

 

{
}

Laissez votre commentaire Une étude essaie de découvrir quel goût aura le vin dans quelques décennies

Log in to Obolog, or create your free blog if you are not registered yet.

User avatar Your name